Prendre avantage d’une situation difficile

J’ai toujours été poussé par cette phrase qui résonne en moi comme un hymne et qui m’aide à dépasser mes peurs ou angoisses: « The bigger the challenge, the bigger the reward ! »

En clair: plus grand sera le défi, plus grande sera la récompense.

Pourquoi ?

Voici pêle-mêle, différentes raisons.

Une nouvelle situation nous amène à nous élever, à nous hisser à un niveau de compétences, connaissances ou responsabilités qu’on n’avait pas à rassembler jusqu’alors. 

Une situation difficile, intense ou même dangereuse a pour vertu de nous aider à nous concentrer. 

Si je prenais un exemple pour illustrer cette idée, voilà à quoi cela ressemblerait: imaginez-vous être pilote d’hélicoptère et être en plein crash. Votre énergie, concentration et efforts se concentreraient uniquement sur l’essentiel: la survie. Les tracas futiles seraient oubliés. Les factures à payer, les animosités envers les collègues, la paperasse à faire, le ménage en retard etc. On se concentrerait à ce moment-là sur l’indispensable et l’important. 

On sait que cette période actuelle est une période de trouble avec le virus qui nous touche de près ou de loin.

C’est donc une période ou il faut concentrer ses ressources sur ce qui est important. Du temps est disponible. IL faut l’utiliser à dépoussiérer et faire le tri entre l’essentiel et le superflu. Aussi, c’est le moment de prendre le temps de se rappeler, ou peut-être de se poser pour la première fois de sa vie et de se poser les questions suivantes:

1/ Qu’est ce que je veux vraiment pour ma vie ?
2/ Quelles sont les choses qui comptent profondément pour moi ?

On clarifie notre vie et nos aspirations

Ce travail nécessitera du temps seul, de la réflexion et de la patience. En même temps, c’est ce qu’on a devant nous !

C’est toujours quand la « survie » au sens large du terme est en jeu que l’on prend la mesure de la chance que l’on a. 

C’est le temps également de la gratitude et de la reconnaissance. On réalise qu’aussi difficile soit notre situation avant, il y a toujours pire et moins bien loti. Cette possibilité de relativiser nous donne par conséquent une forme de légèreté dans la bataille face à nos problèmes. Une forme d’insouciance et de pleine conscience qui nous donne une force supplémentaire qu’on sous-estimait. Celle de se rendre compte que ce que l’on a est fragile, qu’il faut le protéger et que c’est notre devoir personnel.

Du devoir personnel nait aussi le sens de la responsabilité. Pour soi et pour les autres.

Les Alcooliques Anonymes ont un programme de 12 étapes qui permet à une personne addict de définitivement être libérée de son fardeau. La 12ème étape est d’aider une personne à se libérer de son addiction. On prend la responsabilité pour quelqu’un d’autre. Aussi, cela nous permet de nous hisser au niveau d’au dessus. Le niveau ou l’on comprend qu’on fait partie d’un collectif et que nos actions personnelles ont une incidence sur le groupe. 

Qui dit niveau de responsabilité plus élevé dit que l’on choisit de montrer l’exemple et donc de devenir acteur.

L’acteur joue le premier rôle. Le rôle de celui qui mène, de celui qui avance et qui montre la voie au groupe. 

Plutôt que d’être spectateur de la situation et de sa vie, on décide d’agir et de devenir un des figurants. Pour être acteur, il faut accepter comme je l’ai dit précédemment, de faire le travail difficile sur soi: le silence plutôt que la télévision. La patience plutôt que Netflix. La réflexion plutôt que la consommation sur le téléphone. Et enfin la discipline plutôt que l’oisiveté. Un exemple célèbre d’exploitation de son ennui, est celui de Newton, un des plus grands de nos semblables, qui dut quitter Cambridge en 1665 quand la peste sévissait et partir en retraite chez sa famille. Le temps, l’ennui et l’oisiveté, il les a mis à contribution et c’est de cette période qu’est née sa fameuse et ô combien utile Théorie de la Gravité.

D’une période d’ennui nait aussi la créativité. L’esprit déteste l’ennui. Il va donc toujours trouver et puiser au fond de lui-même de nouvelles ressources et de nouvelles idées. On utilise des parties de son cerveau que l’on utilisait moins jusque là. On rassemble une force créative un peu perdue dans nos activités du quotidien. De cette créativité naitra notre futur et nos futures trajectoires se dessineront. Se perdre dans sa créativité, c’est aussi réduire son stress.

Le stress galvanise notre énergie, nos pensées et nos efforts sur l’ultra court-terme, car il est fait pour que l’on se protège des attaques extérieures. Le fait d’être isolé, créatif et d’avoir du temps automatiquement baissera notre niveau de stress. A la condition, on va le voir dans un instant, de contrôler l’information entrante. La baisse du stress  offre de multiples possibilités. Notamment, un calme intense. Une forme de sérénité qui nous aide à nous projeter dans l’avenir et à imaginer et donc amorcer un avenir personnel et collectif meilleur. L’absence de stress aura un impact physique majeur. Baisse de traumatismes, baisse de stress physique, équilibre hormonal et bien d’autres vertus santé que l’on connait qui nous permettront de mettre en place de nouvelles disciplines qui paieront sur le long terme. De la méditation, de la lecture, de l’écriture ou bien d’autres actions audacieuses

Par ailleurs, pour baisser notre niveau de stress, il est indispensable de contrôler l’entrée d’informations que l’on tolère. Je le dis clairement. Trop de Twitter, trop de télévision, trop de réseaux sociaux en consommateur, trop de fil d’actualité des chaines d’informations, trop de statistiques, trop de problèmes concentrés, même si existants ne nous serviront pas. Une fois que l’on est conscient de la nécessité de respecter certaines règles et de la gravité de la situation, à quoi bon se laisser bombarder d’informations pendant des heures, sous des formes différentes certes, mais avec la même finalité. 10 minutes de « mise à niveau » de la situation et des informations par jour plutôt que 5h de matraquage d’informations qui vous paralyseront et vous inquièteront. Utilisez ce temps pour vous, vos proches et les personnes que vous pouvez impacter positivement dans le domaine dans lequel vous excellez. Et si vous n’excellez pas encore dans un domaine, engagez-vous à utiliser cette période pour le faire. Soyez audacieux pour créer le futur vous.

Car de l’audace il en faudra. C’est une période pour se redéfinir, on l’a vu. C’est une période où il faut tenter, où il faut augmenter ses connaissances, ses compétences, travailler sur devenir meilleur, plus fort, plus reconnaissant, plus humain de façon générale. 

Le défi devant nous est immense. Individuellement, il nous poussera à nous élever et à hisser notre personne vers de plus hautes sphères. Collectivement, il nous poussera à prendre des responsabilités, à faire et vivre différemment dans le futur.
Et c’est bien là qu’est l’enjeu de ce défi. Et cet enjeu, c’est la clé vers un futur meilleur, plus optimiste et pourquoi pas grandiose.

Car, comme je l’ai dit en tête d’article, « plus grand sera le défi, plus grande sera la récompense ».

Mathieu POULAT

@matlisafit

Ajouter un commentaire